Actualités Kisal Pastoralisme

RCA: un plan prochainement mis en place pour sécuriser le bétail des éleveurs

En Centrafrique, du 10 au 11 novembre 2016, la Plateforme centrafricaine de pastoralisme et de transhumance organise sa troisième réunion à Bangui. Cette réunion, organisée par le Fonds des Nations unies pour l’Agriculture (FAO) et la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine (Minusca) a une priorité : permettre la sécurisation de la transhumance et la protection des civils.

« Le problème de la transhumance, c’est, au-delà des violences qu’on voit, c’est vraiment économique parce que le bétail représente de l’argent. Et les groupes armés, aujourd’hui, vivent de taxes illégales prises sur les éleveurs. » Le docteur Bakary Cissé est coordonnateur Transhumance à la FAO. Il fait partie de l’équipe qui, pendant plus d’un an, a identifié les points chauds et localisé les groupes armés qui s’attaquent aux éleveurs.

Résultat : un plan pour sécuriser les corridors de transhumance devrait être mis en place très prochainement par la Minusca : « Sur les axes qui sont problématiques, il y aura des patrouilles fréquentes. Il y aura des contingents qui seront positionnés aux alentours des bases de groupes armés pour les empêcher de mouvoir et de suivre un peu les mouvements. »

Des dizaines de morts et des milliers de déplacés chaque année

Lamido Issa Bi Amadou, le porte-parole des chefs traditionnels peuls de Centrafrique, doute de l’efficacité de ce plan. Il propose une autre stratégie : « Moi, je pense qu’il faudrait, au niveau du pays, créer des brigades nomades, des brigades mobiles chargées uniquement de protéger les éleveurs pendant la période de transhumance. »

Protéger les éleveurs et les populations civiles car chaque année, les incidents liés à la transhumance font des dizaines de morts et des milliers de déplacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *