Actualités Kisal

L’armée malienne responsable d’une nouvelle bavure ?

Alors que les attaques terroristes se poursuivent au Mali, l’armée est accusée d’avoir exécuté sommairement, vendredi 6 avril, des djihadistes présumés qui venaient d’être arrêtés. Les soldats auraient fait croire à une tentative d’évasion pour les abattre, rapporte RFI dans sa Revue de presse Afrique.

Quatorze présumés djihadistes ont été tués vendredi par l’armée malienne, officiellement ‘lors d’une tentative d’évasion’ à Dioura [dans le centre du pays]”, rapporte L’Indicateur du Renouveau qui cite des sources militaires.

“Toutefois, poursuit le quotidien bamakois, cette version n’est pas partagée par certains élus locaux qui parlent, eux, ‘d’exécutions sommaires de civils par l’armée malienne’. […] Ce n’est pas la première fois, rappelle L’Indicateur, que l’armée malienne est accusée d’exécution de civils arrêtés.

Six corps déjà découverts le 25 mars

“Le 25 mars, les corps de six personnes avaient été découverts dans une fosse commune dans le village de Dogo dans la région de Mopti. Sur la base de témoignages, [l’organisation de défense des droits humains américaine] Human Rights Watch avait affirmé que ces corps étaient ceux de personnes arrêtées trois jours auparavant par l’armée malienne. Pour la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) malienne, ‘ces différentes accusations constituent un problème pour l’armée malienne dans la lutte contre le terrorisme’.

Selon la CNDH, le gouvernement malien doit ouvrir des enquêtes libres et transparentes pour élucider ces meurtres dans lesquels l’armée est soupçonnée.”

[Dimanche 8 avril, le ministre de la Défense a annoncé l’ouverture d’une enquête du procureur militaire.]

“À chacun de montrer patte blanche !”, estime pour sa part le quotidien burkinabéAujourd’hui au Faso à Ouagadougou. Aujourd’hui qui trouve des circonstances atténuantes à l’armée malienne… “Si l’on pointe du doigt l’absence de professionnalisme d’une armée malienne très fébrile et soupçonneuse sur les bords, il est également de bon aloi d’évoquer les comportements suspects de ces prétendues ‘populations’, relève Aujourd’hui, qui souvent sous le turban […], cachent de redoutables djihadistes qui n’hésitent pas à frapper […].”

“Nul n’est au-dessus de tout soupçon”

“Lorsque des véhicules de soldats maliens sautent sur des mines, lorsque des convois de la MINUSMA [mission de l’ONU au Mali] sont attaqués par des gens qui, d’apparence, ne présentent aucun danger, il est évident, que dans ce no man’s land, c’est souvent le premier à dégainer [qui survit] ! Comment distinguer des terroristes, cachés sous les traits de Peuls ou de Touaregs [des communautés locales], bivouaquant au milieu du désert ?”

“Depuis les contreforts algéro-maliens, cachette privilégiée de terroristes, jusque dans l’immense sable de ce septentrion [nord] malien, nul n’est au-dessus de tout soupçon, et chacun devra montrer patte blanche, estime le quotidien burkinabé, car ‘lorsqu’un serpent vous a mordu, vous craignez d’enjamber même un bois mort’, nous apprend la sagesse populaire.”

Source: courrierinternational.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *