Actualités Kisal

Démission du premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga : L’ultimatum du chérif de Nioro M’Bouille Haidara fera t-il reculer le Président IBK

Le stade du 26 mars, ce haut lieu qui abrite  les grands événements qui concernent la vie de la nation a rejeté du monde, le dimanche 10 février 2019. La raison, le grand meeting organisé par le  Haut Conseil Islamique. Au cours du meeting l’Imam Mahmoud Dicko qui dirige le HCIM n’a pas observé un silence religieux pour dénoncer les maux qui minent le Mali  qui sont la mauvaise gouvernance, la crise sécuritaire qui prend une tournure inquiétante au nord, au centre du Mali  et dans le district de Bamako. Le dignitaire religieux n’a pas manqué de charger le président de la République et son premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga. Dans sa colère, il fustige aussi le comportement peu catholique de la France. Dans la foulée le minci dominici du chérif de Nioro Sanogo est venu avec un message fort  de son mentor qui exige la démission du premier Ministre.

L’imam  Dicko sous un tonnerre d’applaudissement a appelé les Maliens à une union sacrée pour relever les défis du moment. Selon le dignitaire religieux, les autorités doivent  d’abord résoudre  la délicate question de la mauvaise gouvernance qui est le préalable à tout développement. D’ailleurs dans son discours, il a appelé à une coordination des efforts et à la prise d’initiatives endogènes seul canal   pour sortir le Mali du pétrin. Et lui de souligner que la situation actuelle du pays exige que tous les Maliens regardent dans la même direction, autrement dit que tous les Maliens embouchent dans la même trompette. L’Imam Dicko n’a pas manqué de tirer à boulet rouge sur le pouvoir qui empêchent certains citoyens de s’épanouir   dans leur propre pays. Avant de déplorer la présence étrangère sur  la terre sacrée du Mali. C’est ne pas la première fois que l’Imam Dicko monte sur ses grands chevaux pour s’en prendre ouvertement au président IBK. Les deux personnalités ont croisé le fer depuis que l’Imam Dicko lors des présentations de vœux pour le nouvel an a commencé à lancer des pics   à l’endroit du locataire de Koulouba. Après le régime Mahmoud Dicko a chargé ceux qui prennent les armes au nom de la religion : « ceux qui ont pris des armes pour soit disant défendre la religion qu’ils nous laissent en paix »,a  martelé l’imam Dicko, les yeux rouges de colère    L’imam Ibrahim Sogore membre du haut conseil islamique va plus loin  en demandant au président de rendre le tablier s’il sait qu’il n’est plus en mesure de gouverner le Mali. Pour lui on aura tout vu avec l’arrivée au pouvoir du président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita. Prenant  la parole l’envoyé du chérif de Nioro Sanogo à au nom du chérif réclamé la tête du premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga : « le chérif de Nioro exige la démission du premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga, cette démission peut atténuer le différend qui oppose le chérif au président mais  ne pourra pas ramener l’entente cordiale », a-t-il dit sous les ovations d’une foule déchainée.  L’Imam Mahmoud Dicko est revenu à la charge pour se prononcer sur le message du chérif de Nioro : « nous demandons à Ibk d’écouter ce qu’a dit le chérif de Nioro, c’est mieux pour lui. S’il ne l’écoute pas, il va l’entendre autrement »  Se prononçant sur la crise  du centre  sans citer nommément de nom, l’imam Dicko d’indiquer : « nous connaissons ceux qui arment les différents groupes armés   dans le centre du Mali pour monter les peuls, les dogons, les bozos les uns contre les autres », a  fait savoir le président du Haut Conseil Islamique du Mali. Solennellement, il a demandé aux peuls aux dogons de taire les armes. L’Imam Dicko n’a pas non plus épargné la France, il trouve inacceptable que la France continue  à se mêler de nos affaires. Pour lui la France continue sa colonisation car c’est elle qui décide à notre place. Au cours du meeting à l’unisson, il a été demandé à l’Etat l’application de la peine de mort et la criminalisation de l’homosexualité.

Aissata Djitteye

Source : Le Triomphe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *